Allergie, intolérance alimentaire, c’est quoi la différence ?

Mis à jour : juin 28

Les intolérances et les allergies sont deux problèmes de santé bien distincts et bien souvent confondus.

Pourtant en comprenant mieux la différence entre allergie et intolérance il est plus facile de trouver la meilleure façon de gérer ces deux problèmes distincts et d’y faire face sereinement.


On parle d’allergie lorsque le corps apporte une réponse immunitaire en présence d’un aliment précis.

Une allergie est une réponse anormale et excessive du système immunitaire devant une substance étrangère au corps, appelée allergène. Face à cet allergène le système immunitaire sécrète des anticorps particuliers, les immunoglobulines de type G (lgG). La réaction est immédiate et à court terme.

On retrouve la présence de ces marqueurs de type G dans des examens sanguins ce qui confirme une réaction immunitaire et donc une allergie.

Une fois que l’allergie est installée seul un arrêt complet de cet aliment sera efficace. Le système immunitaire ayant déjà trop réagi, il est fatigué et risque le surmenage. C’est pourquoi sa réaction est immédiate et peut, parfois, être très violente.


Au contraire, l’intolérance alimentaire n’est pas une allergie.


On parle d’intolérance lorsque le corps présente une difficulté à digérer ou absorber un aliment.

C’est une réaction de votre système digestif à un type d’aliment que vous consommez. Elle n’entraîne pas de réaction de votre système immunitaire et ne cause pas de symptômes immédiats, ou de dommage à vos intestins. De plus, la sévérité de votre réaction dépend de différents paramètres comme la quantité d’aliments réactogènes que vous consommez, de votre fatigue, de votre stress précédemment enduré, et bien sûr de la vitalité de votre système immunitaire.

L’intolérance à un aliment peut commencer à un jeune âge, provoquant des symptômes subtils qui s’aggravent plus tard, avec l’âge.


Les symptômes d’intolérance alimentaire.

Ils se manifestent plusieurs heures, voire le lendemain, après la consommation d’un aliment ; ils sont souvent liés à votre système digestif. Vous pouvez éprouver des crampes abdominales, de la diarrhée, des vomissements, des flatulences, des ballonnements, mais aussi des démangeaisons ou des maux de tête, cela peut aussi accentuer un processus inflammatoires déjà installé. On pense rarement à une intolérance. On se dit « tiens j’ai mal digéré mon repas, ça ira mieux demain ! » ainsi elles passent souvent inaperçues, et s’installent durablement perturbant petit à petit notre organisme.


Les causes d’une intolérance alimentaire

Les causes d’une intolérance peuvent varier et sont liées à plusieurs facteurs, ce peut être, l’absence d’un enzyme qui facilite la digestion d’un aliment (comme l’intolérance au lactose, le sucre du lait), une dysbiose intestinale, une sensibilité aux additifs alimentaires et autres produits chimiques. Bien entendu, entre aussi en compte des facteurs génétiques, ainsi que la prise de certains médicaments ou drogue, ou encore des facteurs environnementaux, le stress et des facteurs psychologiques !


Le diagnostic,

Pour détecter une allergie alimentaire un test sanguin est à demander à votre médecin. C’est la présence de marqueurs de type G dans des examens sanguins qui confirme une réaction immunitaire et donc une allergie. Chaque allergène à son propre marqueur IgC. Le diagnostic est donc simple.

Contrairement aux intolérances. Il n’existe pas de test médical fiable et précis qui peut diagnostiquer une intolérance alimentaire, à l’exception des tests pour dépister l’intolérance au lactose.

Une des manière de déterminer les aliments qui peuvent vous causer des symptômes liés à une intolérance est de garder un carnet alimentaire. Vous tenez compte des aliments que vous mangez chaque jour pendant une période de deux à trois semaines. Si un aliment vous cause des symptômes spécifiques, vous pouvez vous en priver pour quelques jours et le réintroduire dans votre menu et noter votre réaction.

Cette méthode a pourtant des limites. Les intolérances dépendent de facteurs extérieurs comme le stress ou votre dynamisme immunitaire. Vos intolérances peuvent aussi être causées par l’effet cumulatif de combiner certains aliments au cours d’un repas. Par exemple, si vous éprouvez des symptômes après avoir mangé une pizza, il se peut que les tomates et le fromage soient bien tolérés quand vous les mangez seuls et non quand vous les combinez.

Sans parler des symptômes parfois diffus qui sont mal interprétés.


Comment vivre avec.

C’est un peu plus compliqué pour détecter une intolérance. Il n’existe actuellement pas de traitement médical contre l’intolérance alimentaire. Pour éviter les symptômes, vous devez déterminer quels sont les aliments qui vous causent une réaction, ne pas les consommer, ou les consommer en petites quantités.


Vous pouvez aussi faire appel à un coach spécialisé en alimentation. Il dispose d'audit nutritionnel afin de délimiter le cercle de recherche et il vous aidera à identifier les aliments réactogènes et surtout à identifier la cause de ces intolérances et comment y remédier. Il vous accompagnera aussi à trouver des substituts et à adapter votre cuisine le temps de remettre votre organisme en ordre de marche.


L’aspect psychologique de découvrir une ou des allergies ou intolérances alimentaires n’est pas à négliger non plus : comment sortir au restaurant, comment informer sa famille, ses ami(e)s, comment intégrer à son quotidien cette nouvelle information, sont autant de nouveaux défis à relever.

Il faut apprendre à composer avec cette donnée. Le soutien d’un coach est, là aussi, un atout non négligeable.